Article de revue

Dans les pays occidentaux, la NAFLD est devenue une véritable maladie de civilisation!

Aspects génétiques des stéatoses hépatiques non alcooliques

DOI: https://doi.org/10.4414/fms.2018.03214
Date de publication: 21.03.2018
Forum Med Suisse 2018;18(12):271-276

Prof. Dr méd. Hansjakob Müllera, Prof. Dr méd. Rémy Meierb

a Medizinische Genetik, Universitätsspital Basel und Kantonsspital Graubünden, Chur, b Gastrozentrum Obach AG, Solothurn

Les stéatoses hépatiques non alcooliques englobent un vaste spectre d’altérations hépatiques bien caractérisées sur le plan histopathologique, allant de la stéatose simple à la stéatohépatite, qui ne sont pas associées à une consommation excessive d’alcool. Cet article de revue présente la diversité des prédispositions pouvant favoriser leur survenue.

Introduction

La stéatose hépatique peut survenir en tant que complication de différentes maladies héréditaires mono­géniques rares. Elle est toutefois bien plus souvent la représentante d’un groupe de maladies multifactorielles complexes, qui résultent d’un déséquilibre entre une prédisposition polygénique et des influences en­vironnementales, des modifications épigénétiques qui en découlent et probablement aussi d’influences du microbiote. La stéatose hépatique non alcoolique («non­alcoholic fatty liver disease», NAFLD) est une complication hépatique du syndrome métabolique d’origine multifactorielle. Il est toutefois possible qu’un patient atteint de NAFLD ne présente aucune composante du syndrome métabolique ou qu’il en présente uniquement certaines. A l’inverse, tous les patients atteints de syndrome métabolique ne développent pas nécessairement une NAFLD. Dans les pays occidentaux, la NAFLD est devenue une véritable maladie de civilisation; près d’une personne sur trois pourrait en être touchée. La prévention, le diagnostic et le traitement des stéatoses hépatiques et de leurs conséquences représentent dès lors des défis fréquents dans la pratique médicale quotidienne en cabinet et en milieu hospitalier.

Définitions

En fonction des causes, il convient de distinguer une forme primaire et une forme secondaire de stéatose hépatique non alcoolique [1, 2]. Parmi les causes primaires figurent les facteurs de risque hépatiques de syndrome métabolique (surpoids, diabète sucré de type 2, insulinorésistance, hypertension artérielle, hypercholestérolémie et hypertriglycéridémie) [3]; parmi les causes secondaires figurent, outre les maladies héréditaires monogéniques, de nombreux facteurs non génétiques qui, en fonction de la prédisposition d’une personne, peuvent conduire à une stéatose hépatique [4]. En font partie la nutrition parentérale totale, les opérations de dérivation intestinale (jéjuno-iléale), le jeûne et la perte de poids trop rapide. Par ailleurs, les causes ­secondaires incluent la prise de certains médicaments (HAART [«nucleoside reverse transcriptase inhibitor»], amiodarone, tamoxifène, méthotrexate, corticostéroïdes et tétracycline), les intoxications (par des champignons [Amanita phalloides], des toxines bactériennes [Bacillus cereus], le phosphore ou des produits pétrochimiques), ainsi que l’infection par le virus de l’hépatite C, en particulier de génotype 3. Dans cet ­article de revue, le terme «NAFLD» désigne uniquement la forme primaire de stéatose hépatique non alcoolique.

En fin de compte, même la distinction entre stéatose hépatique non alcoolique et stéatose hépatique alcoolique est arbitraire. Mise à part la quantité absolue ­d’alcool consommée quotidiennement (≥30 g pour les hommes; ≥20 g pour les femmes [1] ou plus [5]), le type de boisson alcoolisée, le comportement en matière de consommation d’alcool, la durée d’exposition et les différences individuelles d’origine génétique au niveau du métabolisme de l’alcool jouent également un rôle dans la pathogenèse de la forme alcoolique [6]. Qui plus est, de nouveaux résultats d’études ont révélé que les mêmes facteurs génétiques pourraient être impliqués dans les stéatoses hépatiques non alcooliques et alcooliques (voir ci-dessous).

Diagnostic et évolution d’une stéatose hépatique

La stéatose hépatique correspond à l’accumulation de lipides dans plus de 5% des hépatocytes; la stéatose est considérée comme sévère en cas d’accumulation de ­lipides dans plus de 50% des hépatocytes. La stéatose en soi est généralement asymptomatique, et il est dès lors fréquent qu’elle passe inaperçue pendant une longue durée. Seuls certains patients se plaignent de troubles abdominaux non spécifiques, de fatigue, de perte d’appétit ou de vertiges. La stéatose hépatique peut être suspectée sur la base de marqueurs biochimiques sériques de pertinence modérée (valeurs élevées d’alanine aminotransférase [ALT], d’aspartate aminotransférase [AST] et de gamma-glutamyl-transférase [GGT]) [7]. L’imagerie (échographie, éventuellement tomodensitométrie [TDM] ou imagerie par résonance magnétique [IRM]) fait office d’examen de dépistage, et le fibroscan permet d’évaluer l’ampleur de la fibrose hépatique [8, 9]. L’examen histologique d’une biopsie hépatique constitue néanmoins la méthode diagnostique de référence [10, 11]. Le prélèvement biopsique n’est pas dénué de risques et s’avère dès lors peu approprié en tant que procédé de dépistage, d’autant plus que l’évaluation histologique génère des coûts supplémentaires. Grâce aux efforts de recherche actuellement déployés, les analyses de génétique mo­léculaire, par ex. au moyen de panels de gènes, pourraient à l’avenir faciliter l’identification de certaines personnes présentant un risque de stéatose et de complications de stéatose.

Outre l’accumulation de lipides, certains individus ­développent également des lésions hépatocytaires et une inflammation (stéatohépatite non-alcoolique; «nonalcoholic steatohepatitis», NASH), probablement induites par des métabolites lipidiques toxiques, avec ou sans fibrose, ainsi qu’une cirrhose à un stade ultérieur; la prédisposition joue également un rôle dans cette variabilité interindividuelle [12]. Le score SAF (pour Stéatose, Activité, Fibrose) de Bedossa et al. (2012) est utilisé pour le diagnostic histologique de la NAFLD et de la NASH [11]. La NASH, ou plus précisément la cirrhose hépatique associée à la NASH, peut favoriser la survenue d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) [13].

Prédispositions aux stéatoses hépatiques

En ce qui concerne la compréhension et le diagnostic des facteurs de risque génétiques de stéatoses hépatiques, il s’avère utile de faire la distinction entre les prédispositions monogéniques et les prédispositions polygéniques, bien qu’il existe des chevauchements. Dans le cas des prédispositions monogéniques, la mutation d’un seul gène suffit en principe au développement d’une maladie héréditaire. Dans les prédispositions ­polygéniques, une multitude de variants de différents gènes et d’autres séquences d’ADN (le terme établi «polygénique» est donc déjà trop restrictif!), ainsi que leurs modifications épigénétiques, interagissent de manière cumulative et dans diverses combinaisons avec des facteurs environnementaux non génétiques (y compris microbiote), ce qui aboutit au développement d’une maladie. Cette interaction complexe de facteurs favorisants («multihit model») est responsable de maladies d’origine multifactorielle, dont la NAFLD.

Prédispositions monogéniques

Malgré de préalables descriptions de cas (OMIM no 228100), il n’existe guère de stéatose hépatique isolée héréditaire monogénique. Des troubles monogéniques rares du métabolisme lipidique (exemples fournis dans le tab. 1), qui se manifestent le plus souvent tôt dans la vie, se traduisent aussi typiquement par une stéatose en plus d’autres symptômes. Contrairement à la terminologie usuelle [1, 2, 4], ces troubles devraient en réalité être classifiés parmi les causes de stéatose hépatique primaire.

Tableau 1:Troubles du métabolisme lipidique de transmission monogénique associés à une stéatose hépatique.
Maladie héréditaireGène mutéTransmission
Hypobêtalipoprotéinémie familiale
OMIM 107730/615558
APOBAR
Abêtalipoprotéinémie
OMIM 200100
MTP (MTTP)AR
Hyperlipidémie familiale combinée
OMIM 101523/602491
USF1AD
Glycogénoses IXa1/b
OMIM 30600
PHKA2, PHKBAR
Lipodystrophie
OMIM 608594/603100; 269700/606158; 612526; 613327
AGPAT2, BSCL2, CAV1, CAVIN1AR
AR = autosomique récessive; AD = autosomique dominante.

Sur le plan clinique, l’hypobêtalipoprotéinémie et l’abêtalipoprotéinémie [14] se manifestent non seulement par une stéatose hépatique mais également par une diarrhée, une hypovitaminose, une dégénérescence rétinienne, des neuropathies, des myopathies et des coagulopathies. Les concentrations plasmatiques de ­lipoprotéines sont fortement réduites. Le traitement repose sur un régime pauvre en lipides avec une supplémentation en acides gras essentiels et sur l’administration de vitamines liposolubles [15].

L’hyperlipidémie familiale combinée est causée par une surproduction d’apolipoprotéines B-100, ce qui se traduit par une production accrue de lipoprotéines de très basse densité («very-low-density lipoprotein», VLDL) et aboutit donc au développement d’une stéatose hépatique. Un régime pauvre en lipides, une activité physique accrue, une perte de poids, l’arrêt du tabagisme, ainsi que la prise d’inhibiteurs de l’HMG-CoA réductase peuvent réduire l’hyperlipidémie [16].

Les glycogénoses sont des troubles du métabolisme du glycogène. Il en existe au moins 12 formes, dont certaines sont associées à une stéatose hépatique. Le type 1a se caractérise par une augmentation de la lipogenèse de novo, ce qui entraîne une stéatose hépatique massive. Le traitement repose sur des apports alimentaires réguliers avec une supplémentation en amidon de maïs (glucose absorbé lentement) et éventuellement sur la transplantation d’hépatocytes [17] ou si nécessaire, sur la transplantation hépatique (aujourd’hui usuelle).

La lipodystrophie correspond à une répartition anormale du tissu adipeux dans l’organisme, voire à une absence de tissu adipeux (lipoatrophie). La forme congénitale généralisée est associée à une stéatose hépatique sévère [18]. Toutes les formes sont attribuables à un diabète sucré insulinorésistant, à une hyperinsulinémie, à une hypertriglycéridémie et à une concentration élevée de lipoprotéines de haute densité («high-density lipoprotein», HDL). Si la concentration de lipides ne parvient pas à être régulée par le biais d’une restriction diététique, un traitement médicamenteux (par ex. par metformine) doit être initié. L’augmentation du taux de leptine, qui est légèrement abaissé, entraîne une amélioration de l’hypertriglycéridémie souvent marquée, ainsi que de la stéatose hépatique et de ses conséquences [19].

Dans de nombreuses autres maladies métaboliques ­héréditaires monogéniques, y compris la fibrose kystique, le foie est également touché, bien qu’il ne s’agisse pas de l’organe cible primaire. Des mutations du gène de la lipase acide lysosomale (LIPA) sont responsables de la maladie de Wolman lorsqu’elles entraînent une perte de fonction de l’enzyme ou de la maladie de surcharge en esters de cholestérol lorsque l’activité ré­siduelle de l’enzyme est encore préservée [20]. Une stéatose se développe dans les deux formes. La liste des maladies héréditaires associées à une NASH et/ou une hépatomégalie en tant que complication potentielle est longue. En font partie la mucopolysaccharidose (MPS) de type VI (maladie de Maroteaux-Lamy), la maladie de Gaucher de types I, II et III, ainsi que la maladie de Niemann-Pick de types A/B et C1/C2. La citrullinémie de type II, une autre maladie héréditaire à transmission autosomique récessive dont la stéatose hépatique est une complication fréquente [21], se déclare le plus souvent uniquement à l’âge adulte, donnant lieu à des épisodes répétés d’hyperammoniémie et à des symptômes neuropsychiatriques.

Dans la maladie de Wilson, le cuivre n’est plus éliminé avec la bile en raison d’une mutation du gène ATP7B, qui code pour une ATPase impliquée dans le transport du cuivre; il se produit une accumulation de cuivre dans différentes cellules, y compris les hépatocytes. Les fonctions mitochondriales et la bêta-oxydation des acides gras s’en trouvent altérées; il en résulte une stéatose [22].

Dans le cadre du diagnostic différentiel d’une stéatose hépatique, il convient de garder à l’esprit ces maladies métaboliques, particulièrement chez les enfants et les adolescents. Aujourd’hui, le diagnostic de suspicion clinique d’une maladie héréditaire monogénique peut dans de nombreux cas être vérifié de manière fiable au moyen d’un test génétique, ce qui s’avère souvent crucial non seulement pour la prise en charge médicale des patients, mais également pour le conseil génétique des apparentés.

A la jonction entre maladies ­monogéniques et maladies d’origine multifactorielle

Le variant I148M (rs738409) du gène PNPLA3 (adiponutrine), qui est un variant fréquent, présente une forte association avec la stéatose hépatique, la NASH et la fibrose hépatique [23, 24], même lorsque les individus qui en sont porteurs ne sont pas obèses [25]. Ce variant génétique entraîne une perte de l’activité estérase sur les triglycérides et le rétinyl-palmitate, ce qui se traduit par une production accrue et une dégradation moindre des lipides dans le foie; il accroît en outre sa sensibilité aux agressions environnementales [26]. Ainsi, ce variant semble également constituer un facteur génétique favorisant la survenue d’une stéatose hépatique alcoolique [27–29]. Les individus porteurs de ce variant présentent un risque accru de cirrhose et de CHC [30], sachant que le risque correspondant peut fortement varier au sein d’une même famille et entre les familles. Les personnes chez lesquelles la mutation survient au niveau des deux chromosomes parentaux n° 22 (homozygotie) sont légèrement plus touchées que les porteurs hétérozygotes [31, 32]. Contrairement à l’exemple de l’hémochromatose héréditaire, qui est attribuable à des mutations du gène HFE, la stéatohépatite associée ­à PNPLA3 (PASH) n’est pas (encore) considérée comme une maladie héréditaire monogénique [33]. Le test génétique de PNPLA3 est déjà commercialisé. Toutefois, étant donné que son utilité dans le diagnostic de la NAFLD ou de la NASH n’est pas démontrée, il devrait pour l’instant si possible être réalisé chez une personne ayant déjà développé la maladie au sein de la famille restreinte, au sens d’une évaluation à priori du risque, et ce afin de pouvoir mieux apprécier la pertinence clinique d’une éventuelle mutation détectée.

Le variant E167K (rs58542926 C>G) du gène TM6SF2 («transmembrane 6 superfamily member 2») réduit la ­sécrétion de VLDL, ce qui conduit à une rétention ­intra-hépatique de triglycérides [34] et favorise la ­progression vers une fibrose hépatique [35]. Il semble également influencer le risque de conséquences cardiovasculaires [36].

Stéatose hépatique aiguë gravidique: ­interaction fatale entre la prédisposition de la mère et du fœtus

La stéatose hépatique aiguë gravidique («hepatic lipi­dosis of pregnancy» [HLP]) est une complication de la grossesse qui est rare, mais potentiellement fatale pour la mère et l’enfant; elle se manifeste le plus souvent au cours du dernière trimestre de grossesse [37]. Là aussi, des facteurs génétiques sont impliqués. La HLP est attribuée à un trouble du métabolisme des acides gras dans les mitochondries qui résulte d’un déficit de la 3-hydroxyacyl-coenzyme A déshydrogénase à longue chaîne («long chain 3-hydroxyacyl-coenzyme A», LCHAD) [38]. Si le fœtus en est atteint, des acides gras non métabolisés atteignent la circulation maternelle et surmènent les enzymes de bêta-oxydation de la mère [39]. Il en résulte une forte stéatose microvésiculaire des hépatocytes. La mutation E474Q du gène LCHAD, qui est fréquente, est transmise sur un mode autosomique récessif [40]. Un accouchement rapide permet de réduire considérablement la mortalité maternelle; la morbidité fœtale reste élevée.

Prédispositions polygéniques: NAFLD et maladies d’origine multi­factorielle associées

Après exclusion des maladies métaboliques héréditaires monogéniques mentionnées ci-dessus et des autres facteurs de risque «secondaires» définis, la NAFLD fait partie du groupe des maladies complexes d’origine multifactorielle [41]. Des études réalisées avec des familles et des jumeaux [42–45], mais également la survenue variable de la stéatose hépatique dans diverses ethnies dans lesquelles il y a des différences entre les sexes [46–50], ont déjà indiqué le rôle causal de la prédisposition dans la survenue et l’évolution de la NAFLD [48]. En fonction du plan d’étude utilisé, l’héritabilité (= proportion de la prédisposition à une maladie qui est attribuable à des facteurs héréditaires) est estimée à 22–50% [51, 52].

La NAFLD se rencontre fréquemment dans le syndrome métabolique [2, 4]. Le plus souvent, elle pourrait être plus qu’un simple épiphénomène et pourrait, au contraire, jouer un rôle causal [53]. La NAFLD augmente le risque de diabète sucré de type 2, de maladies cardiovasculaires et d’affections rénales chroniques [54–56], et une surveillance médicale correspondante des patients atteints de NAFLD est dès lors indispensable [57, 58]. Elle constitue en outre une complication d’autres maladies chroniques, telles que l’apnée du sommeil, le cancer colorectal, l’ostéoporose, le psoriasis et les endocrinopathies (par ex. syndrome des ovaires polykysti­ques) [59]. Les mécanismes physiopathologiques impliqués sont encore insuffisamment compris. Les facteurs de risque génétiques intervenant dans la survenue de toutes ces maladies doivent être pris en considération lors de la recherche des causes de la NAFLD.

La NAFLD résulte d’un déséquilibre hépatique entre l’absorption et le stockage des lipides, la synthèse des lipides, l’oxydation des acides gras et l’évacuation des lipides. Initialement, les recherches de génétique ­moléculaire se limitaient à des études d’association de gènes candidats («candidate gene association studies»), qui tentaient d’identifier des déterminants génétiques de mécanismes physiopathologiques potentiels. A cet effet, les gènes candidats étaient sélectionnés sur la base du rôle suspecté de leurs produits géniques dans la pathogenèse (fig. 1). Avec cette approche, les facteurs génétiques (variants de séquences d’ADN) dont l’influence n’était pas manifeste ou était moins manifeste n’étaient pas détectés.

fullscreen
Figure 1: Sélection de gènes (symboles en italique) dont les mutations/variants favorisent (pour partie, probablement) ­l’apparition d’une NAFLD/NASH multifactorielle via différents mécanismes physiopathologiques afin d’illustrer la complexité des prédispositions. NAFDL = «nonalcoholic fatty liver disease», NASH = «nonalcoholic steatohepatitis».

Grâce aux progrès technologiques, l’analyse de l’exome entier («whole exome sequencing» et «exome-wide association studies») et de l’ADN entier («genome-wide association studies» [GWAS]) d’une personne est devenue de plus en plus simple, rapide et rentable. Avec ces procédés, il est possible de rechercher soit dans toutes les ­séquences d’ADN codant pour des protéines (exome) soit dans le génome entier des différences associées à la maladie présentant un intérêt particulier pour la survenue variable de «single nucleotide polymorphisms» (SNP) entre des patients atteints de NAFLD/NASH et des sujets contrôles [60–62].

De nombreux variants génétiques [63–65] contribuent à la survenue d’une NAFLD et/ou de ses conséquences via différents mécanismes physiopathologiques et avec une variabilité individuelle considérable. Un variant génétique isolé contribue le plus souvent uniquement à une faible augmentation du risque; le risque ­relatif (RR) reste donc limité [63]. Ainsi, le variant rs2228603(T) du gène NCAN altère le métabolisme lipidique et prédispose à une stéatohépatite et à une fibrose [66]. Le variant rs780094 du gène GCKR active l’absorption hépatique du glucose, tandis que le variant rs12137855 du gène LYPLAL1 altère le métabolisme des triglycérides. Le variant rs641738 du MBOAT7, dont le produit génique est impliqué dans la réacétylation des phospholipides, prédispose à la NAFLD et à sa progression vers le CHC [67, 68]. Le complexe protéique mTORC2, qui stimule la néo-synthèse de lipides, favorise la progression de la NAFLD en tumeurs hépatiques agressives [69].

Ces gènes et une sélection d’autres gènes, dont les ­variants/polymorphismes constituent des facteurs de risque génétiques potentiels, sont présentés dans la figure 1 afin d’illustrer la complexité des prédispositions à la NAFLD/NASH. Des informations détaillées quant à la fonction des différents produits géniques et à leur ­localisation au sein des cellules et quant à d’autres «gènes de risque» sont disponibles dans différents articles de revue consacrés à cette thématique [60, 63–65, 70, 71]. La survenue de SNP et leur influence sur la physiopathologie de la NAFLD peuvent varier d’une ethnie à l’autre [72].

Les résultats de la plupart des études d’association publiées jusqu’à présent n’ont qu’une pertinence limitée en raison de leur plan d’étude insuffisant et d’une définition imprécise de la maladie, d’un trop faible nombre de volontaires, d’une faible puissance statistique ou de l’absence de validation de l’origine ethnique des volontaires. Par ailleurs, on ne sait pas encore précisément si et dans quelle mesure les différents SNP de risque peuvent interagir entre eux [70] ou avec des modifications épigénétiques (voir ci-dessous) ainsi qu’avec des facteurs environnementaux, en particulier des composants alimentaires. Les GWAS présentent elles aussi des limites méthodologiques [73]. Par conséquent, leurs résultats n’ont généralement qu’une faible utilité clinique pour l’instant. L’analyse de l’expression de gènes dans des échantillons tissulaires offrira un meilleur aperçu des mécanismes génétiques impliqués dans la pathogenèse et la progression de la NAFLD [74]. La mise en évidence de variants du gène PNPLA3 et du gène TMSFS2 (voir ci-dessus) indique néanmoins que des facteurs de risque génétiques cliniquement pertinents peuvent être identifiés grâce aux procédés analytiques modernes [75].

Epigénétique

L’épigénétique désigne les altérations du génome pouvant influencer l’expression génique sans que leur séquence nucléotidique de l’ADN ne change. En font partie (1) la méthylation des bases de cytosine, en particulier dans la région du promoteur (îles CpG), (2) la modification chimique des histones servant à l’emballage de l’ADN, (3) l’interférence ARN, c.-à-d. l’interaction avec des molécules de micro-ARN à différents niveaux de l’expression génique (pré- et post-transcriptionnelle, translationnelle) et (4) le positionnement des gènes/chromosomes au sein du noyau cellulaire, phénomène encore mal exploré. Le domaine en plein essor de l’épigénétique ouvre également de nouvelles perspectives dans les possibilités complexes et diversifiées de la pathogenèse de la NAFLD/NASH et de ses conséquences [71, 76, 77].

Etant donné que la NAFLD est plus fréquente chez les enfants et adultes en surpoids que chez les personnes de poids normal, le dérèglement du métabolisme énergétique par des influences épigénétiques pourrait jouer un rôle considérable dans sa survenue et sa progression [78, 79]. La stéatose pourrait être une réponse adaptative des hépatocytes «stressés»; des acides gras libres potentiellement toxiques y sont alors stockés en tant que triglycérides. L’hypothèse a été formulée ­selon laquelle un dérèglement épigénétique serait le ­déclencheur de la carcinogenèse des hépatocytes et la cause du CHC [80].

La recherche des mécanismes épigénétiques impliqués dans la pathogenèse de la NAFLD et de la NASH en est toutefois encore à ses balbutiements [81]. De très ­nombreuses découvertes s’y rapportant ont dans un premier temps été faites sur des modèles murins, qui ne reflètent que de manière limitée la situation chez l’homme [81]. Dans la mesure où il s’agit en principe de processus réversibles, des modificateurs épigénétiques pourraient un jour devenir la cible de mesures préventives efficaces ou d’agents thérapeutiques.

Microbiote, NAFLD et caractéristiques génétiques des patients

Les micro-organismes (microbiote) qui vivent en et sur nous jouent un rôle plus important pour notre santé que ce qui a longtemps été supposé. Les procédés modernes d’analyse de génétique moléculaire sont devenus la force motrice pour explorer le microbiote. Le microbiote nous protège des maladies en réprimant les germes pathogènes ou en formant des métabolites ayant une action anti-inflammatoire ou anti-oxydante, ainsi que de la vitamine B12. Les micro-organismes sont toutefois également une source de toxines et de médiateurs inflammatoires. D’après de nouvelles études, le microbiote peut contribuer à la pathogenèse de la NAFLD via différents mécanismes [82–84]. Les lipopolysaccharides (endotoxines) produits par les bactéries intestinales semblent jouer un rôle dans l’évolution vers une NASH [85]. Leur équilibre dépend de la prédisposition des personnes porteuses, mais aussi de différentes influences environnementales, telles que les formes nutritionnelles spéciales ou les médicaments (antibiotiques). Une modification de la composition des microbiotes pourrait contribuer à empêcher une stéatohépatite. Plusieurs études sur le sujet menées avec des pré- et probiotiques sont en cours et devraient montrer si des modifications thérapeutiques de la flore bac­térienne intestinale peuvent avoir une influence bénéfique sur l’apparition d’une NAFLD et ses conséquences, et si oui lesquelles.

Des études réalisées avec des lignées de souris consanguines soutiennent l’idée selon laquelle le développement d’un surpoids, d’un syndrome métabolique et d’une NAFLD peut être le résultat d’une interaction entre le microbiote, les habitudes alimentaires et les prédispositions de l’organisme concerné [86, 87]. Des preuves concrètes d’une possible relation entre la prédisposition, le microbiote individuel et l’apparition d’une NAFLD chez l’homme font encore défaut [88].

L’essentiel pour la pratique

• Lors de la recherche de la cause potentielle d’une stéatose hépatique, il convient de tenir compte non seulement des prédispositions mono­géniques (maladies héréditaires) mais également des causes pharmacologiques et nutritionnelles dites «secondaires», car elles peuvent impliquer des mesures préventives et thérapeutiques différentes.

• La suspicion de la présence d’une prédisposition monogénique est peut être vérifiée de façon fiable au moyen d’un test génétique. Un tel test devrait être pris en charge par un professionnel expérimenté en la matière.

• La stéatose hépatique non alcoolique («nonalcoholic fatty liver disease», NAFLD) est l’hépatopathie la plus fréquente chez l’adulte comme chez l’enfant. De nombreux facteurs génétiques, dont les mutations génétiques, les variants d’ADN ou les modifications épigénétiques, peuvent favoriser son apparition et sa progression.

• Les résultats relatifs aux variants génétiques (modificateurs génétiques), obtenus grâce aux méthodes d’analyse génétique modernes, pourraient conduire à des pronostics de risque individuel de NAFLD (ou de sa progression) plus fiables. Toutefois, ils sont pour le moment avant tout intéressants pour la recherche en hépatologie. Toujours est-il que la mise en évidence d’un variant de PNPLA3, par exemple, peut contribuer à l’identification ­précoce des personnes particulièrement menacées, avec pour objectif de limiter à temps les altérations hépatiques, voire de les faire régresser.

• Les connaissances acquises grâce à la recherche génétique et épigénétique à propos de la NAFLD et de la NASH («nonalcoholic steatohepatitis», en français: stéatohépatite non alcoolique), en particulier lorsque les interactions avec le microbiote sont prises en compte, occupent une place centrale pour le développement de mesures diététiques individualisées ainsi que de nouveaux médicaments et de traitements innovants.

• Outre la prédisposition, il ne fait aucun doute que le mode de vie joue également un rôle déterminant dans l’apparition de la NAFLD. Des habitudes alimentaires mauvaises pour la santé (trop de sucre) et le manque d’activité physique entraînent une augmentation de l’obésité et ainsi de la NAFLD ce qui, de manière générale, plaide en faveur de l’application plus stricte de recommandations alimentaires et de la pratique d’une activité physique accrue, notamment en cas de surpoids.

Remerciements

Un grand merci au Professeur Sven Cichon, de Bâle, pour sa relecture critique, et au réviseur pour ses remarques pertinentes pour la ­pratique.

Disclosure statement

Les auteurs n’ont pas déclaré des obligations financières ou personnelles en rapport avec l’article soumis.

Crédits

Image d'en-tête: Copyright © 2009 Michael Bonert (https://commons.wikimedia.org/wiki/User:Nephron), licensed under the CC BY-SA 3.0 ( https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/legalcode).

Adresse de correspondance

Prof. em. Dr méd. ­Hansjakob Müller
Medizinische Genetik
Universitätsspital Basel
Schönbeinstrasse 40
CH-4031 Basel
hansjakob.mueller[at]unibas.ch

Références

 1 EASL-EASD-EASO: Clinical practice guidelines for the management of non-alcoholic fatty liver disease. J Hepatol. 2016;64:1388–402.

 2 Chalasani N, Younossi Z, Lavine JE, Diel AM, et al. The diagnosis and management of non-alcoholic fatty liver disease: Practice guideline by the American Association for the Study of Liver Diseases, American College of Gastroenterology, and the American Gastroenterological Association. Hepatology. 2012;55:2005–23.

 3 Younossi ZM, Koenig AB, Abdelatif D, et al. Global epidemiology of non-alcoholic fatty liver disease-meta-analytic assessment of prevalence, incidence and outcome. Hepatology. 2016;64:73–84.

 4 Kneeman JM, Misdraji J, Corey KE. Secondary causes of non-alcoholic fatty liver disease. Therap Adv Gastroenterol. 2012;5:199–207.

 5 Mandayan S, Janal MM, Morgan TR. Epidemiology of alcoholic liver disease. Semin Liver Dis. 2004;24:217–32.

 6 Stickel F, Moreno C, Hampe J, Morgan MY. The genetics of alcohol dependence and alcohol-related liver disease. J Hepatol. 2017;66:195–211.

 7 Schindhelm RK, Diamant M, Dekker, et al. Alanine amiotransferase as a marker on non-alcoholic fatty liver disease in relation to type 2 diabetes mellitus and cardiovascular disease. Diabetes Metab Res Rev. 2006;22:437–43.

 8 Gambino G, Cassader M, Pagano G. Meta-analysis: natural history of non-alcoholic fatty liver disease (NAFLD) and diagnostic accuracy of non-invasive tests for liver disease severity. Ann Med. 2011;43:617–49.

 9 Friedrich-Rust M, Rosenberg W, Parkes R, et al. Comparison of ELF, FibroTest und FibroScan for the non-invasive assessment of liver ­fibrosis. BMC Gastroenterol. 2010;10:103–11.

10 Kleiner DF, Brunt EM, Van Natta M, et al. Design and validation of a histological scoring system for non-alcoholic fatty liver disease. Hepatology. 2005;41:1313–21.

11 Bedossa P, Poitou C, Veyrie N, et al. Histopathological algorithm and scoring system for evaluation of liver lesions in morbidly obese patients. Hepatology. 2012;56:1751–9.

12 Ratziu V, Bellentani S, Cortez-Pinto H, et al. A position statement on NAFLD/NASH based on EASI, 2009 special conference. J Hepatol. 2010;53:372–84.

13 Bugianesi E, Leone N, Vanni E, et al. Expanding the natural history of non-alcoholic steatohepatitis from cryptogenic cirrhosis to hepatocellular carcinoma. Gastroenterology. 2002;123:134–40.

14 Lee J, Hegele RA. Abetalipoproteinemia and homozygous hypobetalipoproteinemia: a framework for diagnosis and ­management. J Inherited Metabol Dis. 2014;37:333–9.

15 Linton MF, Farese RJ, Young SG. Familial hypobetalipoproteinemia. J Lipid Res. 1993;34:521–41.

16 Rubenfire M, Brook RD, Rosenson RS. Treating mixed hyperlipidemia and artherogenic lipid phenotype for prevention of cardiovascular events. Am J Med. 2010;123:892–8.

17 Muraca M, Gerunda G, Neri D, Vilei MT, et al. Hepatocyte transplantation as a treatment for glycogen storage disease type 1a. Lancet. 2002;359:317–18.

18 Herranz P, de Lucas R, Pérez-Espana L, Mayor M. Lipodystrophy syndromes. Dermatol Clin. 2008;26:569–78.

19 Oral EA, Simha V, Ruir E, Andewelt A, Premkumar A, et al. Leptin-replacement therapy for lipodystrophy. N Engl J Med. 2002;346:570–8.

20 Anderson RA, Bryson GM, Pails JS. Lyosomal acid lipase mutations that determine phenotype in Wolman and cholesterolester storage disease. Mol Genet Metabol. 1999;68:333–75.

21 Takagi H, Hagiwara S, Hashizume H, Kanda D, Sato K, Sohara N, et al. Adult onset type II citrulliniemia as a cause of non-alcoholic steatohepatitis. J Hepatol. 2006;44:236–9.

22 Burkhead JL, Gray LW, Lusenko S. Systems biology approach to Wilson’s disease. Biometals. 2011;24:455–66.

23 Romeo S, Kozlitina J, Xing C, Pertsemlidis A, et al. Genetic variation in PNPLA3 confers susceptibility to nonalcoholic fatty liver disease. Nat Genet. 2008;40:1461–5.

24 Dongiovanni P, Donati P, Fares R, et al. PNPLA3 I48M-polymorphism and progressiv liver disease. World J Gastroenterol. 2013;19:6969–78.

25 Oniki K, Saruwatari J, Izuka T, Kajiwara A, et al. Influence of the PNPLA3 rs738409 polymorphism on non-alkoholic fatty liver disease and renal function among normal weight subjects. PLOS ONE. 2015;10:e0132640.

26 Valenti L, Alisi A, Galmozzi E, et al. I148M PNPLA3 variant progressive liver disease: a new paradigma in hepatology. Hepatology. 2012;56:1883–9.

27 Stickel F, Buch S, Lau K, Meyer zu Schwabedissen H, Berg T, Rüdinger M, et al. Genetic variation in the PNPLA3 gene is associated with alcoholic liver injury in caucasians. Hepatology. 2011;53:86–95.

28 Tian C, Stokowski RP, Kershenobich D, Billinger DC, Hints DA. Variant in PNPLA3 is associated with alcoholic liver disease. Nat Genet. 2010;42:21–3.

29 Salameh H, Raff E, Erwin A, et al. PNPLA3 gene polymorphism is associated with predisposition to and severity of alcoholic liver disease. Am J Gastroenterol. 2015;110:846–56.

30 Falleti E, Fabris C, Cmet S, et al. PNPLA3 rs738409C/G polymorphism in cirrhosis: relationship with aetiology of liver disease and hepatocellular carcinoma occurrence. Liver International. 2011;31,1137–43.

31 Sookoian S, Castano GO, Burgueno AL, et al. A nonsynonymous gene variant in the adiponutrin gene is associated with nonalkoholic fatty liver disease severity. J Lipid Res. 2009;50:2111–6.

32 Mangge H, Baumgartner BG, Zelzer S, Prüller F, Schnedl WJ, et al. Patatin-like phospholipase 3 (rs738409) gene polymorphism is associated with increased liver enzymes in obese adolescents and metabolic syndrome in all ages. Alimentary Pharmacology & Therapeutics. 2015;42:99–105.

33 Krawczyk M, Stokes CS, Romeo S, Lammert F. HCC and liver disease risks in homozygous PNPLA3 p.I148M carriers approach monogenic inheritance. J Hepatol. 2015;62:980–1.

34 Kozlitina J, Smagris E, Stender S, et al. Exome-wide association study identifies a TM6SF2 variant that confers susceptibility to non-alcoholic fatty liver disease. Nat Genet. 2014;46:352–6.

35 Liu YL, Reeves AL, Burt AD, et al. TM6SF2rs58542926 influences hepatic fibrosis progression in patients with non-alcoholic fatty liver disease. Nature communications. 2014;DOI:10.1038/ncomms5309.

36 Anstee QM, Day CP. The genetics of non-alcoholic fatty liver disease: Spotlight on PNPLA3 and TM6SF2. Semin Liver Dis. 2015;35:270–90.

37 Ko HH, Yoshida E. Acute fatty liver of pregnancy. Can J ­Gastroenterol. 2006;20:25–30.

38 Belling LL. Maternal acute fatty liver of pregnancy and the associated risk for long-chain 3-hydroxylacyl-coenzyme a dehydrogenase (LCHAD) deficiency in infants. Adv Neonatal Care. 2004;4:26–32.

39 Teil N. Metabolic disease in the fetus predisposes to maternal hepatic complications of pregnancy. Pediatr Res. 2000;47:6–8.

40 Wanders RJ, Vreken P, den Boer ME, Wijburg FA, van Gennip AL, Jls L. Disorders of mitochondrial fatty acyl-CoA beta oxidation. J Inherit Metab Dis. 1999;22:442–87.

41 Byrne CD, Targher G: NAFLD: A multisystem disease. J Hepatology. 2015;62:47–64.

42 Willner IR, Waters B, Patil SR, Reuben A, Morelli J, Reily CA. Nienty patients with nonalcoholic steatohepatitis: insulin resistance, familial tendency and severity of disease. Am J Gastroenterol. 2001;96:2957–61.

43 Struben V, Hespenheide EE, Caldwell SH. Nonalcoholic steatohepatitis and cyptogenic cirrhosis within kindreds. Am J Med. 2000;108:9–13.

44 Makkonen J, Pietiläinen KH, Rissanen A, et al. Genetic factors contribute to variation in serum alanine aminotransferase activity independent of obesity and alcohol: a study in monozygotic and dizygotic twins. J Hepatol. 2009;50:1035–42.

45 Loomba R, Schork N, Chen CH, et al. Heritability of hepatic fibrosis and steatosis based on a prospective twin study. Gastroenterology. 2015;149:1784–93.

46 Misra A, Misra R. Asian Indians and insulin resistance syndrome: global perspective. Metab Syndr Relat Disord. 2003;1:277–85.

47 Browning JD, Kumar KS, Saboorin MH; Thiele DL: Ethnic differences in the prevalence of cryptogenic cirrhosis. Am J Gastrol. 2004;99:292–8.

48 Petersen KF, Dufour S, Feng J, Befroy D, et al. Increased prevalence of insulin resistance and nonalcoholic fatty liver disease in Asian-Indian men. Proc Natl Acad Sci USA. 2006;103:18273–7.

49 Guerrero R, Vega GL, Grundy SM, Browning JD. Ethnic differences in hepatic steatosis: an insulin resistance paradox? Hepatology. 2009;49:791–801.

50 Wagenknecht LE, Scherzinger AL, Stamm ER, et al. Correlates and heritability of nonalcoholic fatty liver disease in a minority cohort. Obesity (Silver Spring). 2009;17:1240–6.

51 Schwimmer JB, Celedon MA, Lavine JE, et al. Heritability of nonalcoholic fatty liver disease. Gastroenterology 2009;136:1585–92

52 Sookoian S, Pirola CJ. Genetic predisposition in nonalcoholic fatty liver disease. Clinical and Molecular Hepatology. 2017;23;1–12.

53 Sookoian S, Pirola CJ. Non-alcoholic fatty liver disease and metabolic syndrome: Shared genetic basis of pathogenesis. Hepatology. 2016;64:1417–20.

54 Brown MS, Goldstein JL. Selective versus total insulin resistance: A pathogenic paradox. Cell Metab. 2008;7:95–6.

55 Anstee QM, Targher G, Day CP. Progression of NAFLD to diabetes mellitus, cardiovascular disease or cirrhosis. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2013;10:330–44.

56 Musso G, Cambino R, Tabibian JH, Ekstedt M, Kechagias S, Hamaguchi M, et al. Association of non-alcoholic fatty liver disease with chronic kidney disease: a systematic review and meta-analysis. PLoS Med. 2014;11:e10011680.

57 Francque SM, van der Graaff D, Kwanten WJ. Non-alcoholic fatty liver disease and cardiovascular risk: Pathophysiological mechanisms and implications. J Hepatol. 2016;65:425–43.

58 Sinn DH, Kang D, Jang HR, et al. Development of chronic kidney disease in patients with non-alcoholic fatty liver disease: A cohort study. J Hepatol. 2017;67:1274–80.

59 Fusillo S, Rudoph B. Nonalcoholic fatty liver disease. Pediatrics in Review. 2015;36:198–206.

60 Speliotes FK, Yerges-Armstrong LM, Wu J, Hernaez R, et al. Genome-wide association analysis identifies variants associated with non-alcoholic fatty liver disease that have distinct effects on metabolic traits. PloS Genet. 2011;7:e1001324.

61 Cirulli ET, Goldstein DB. Uncovering the roles of rare variants in common disease. N Engl J Med. 2010;11:415–25.

62 Hardy J, Singleton A. Genome wide association studies and human disease. N Engl J Med. 2009;360:1759–68.

63 Wood KL, Miller MH, Dillon JF. Systematic review of genetic association studies involving histologically confirmed non-alcoholic fatty liver disease. BMJ Open Gastro. 2015;2:e000019.

64 Dongiovanni P, Romeo S, Valenti L. Genetic factors in the pathogenesis of non-alcoholic fatty liver and steatohepatitis. BioMed Research International. 2015;e46019043.

65 Anstee QM, Daly AK, Day CP. Genetic modifiers of non-alcoholic fatty liver disease progression. Biochemica et Biophysica Acta. 2011;1812:1557–66.

66 Gordon A, Yang R, Yerges-Armstrong LM, Ryan KA, et al. Genetic variation at NCAN locus associated with inflammation and fibrosis in non-alcoholic fatty liver disease in morbid obesity. Hum Hered. 2013;75:34–43.

67 Macaluso FS, Maida M, Petta S. Genetic background in nonalcoholic fatty liver disease: A comprehensive review. World J Gastroenterol. 2015;21:11088–111.

68 Donati B, Dongiovanni P, Romeo S, et al. MBOAT7 rs641738 variant and hepatocellular carcinoma in non-cirrhotic individuals. Sci Rep. 2017;7:4492.

69 Guri Y, Colombi M, Dazert E, et al. mTORC2 promotes tumorigenesis via lipid synthesis. Cancer Cell. 2017;doi:1o.1016/j.ccell 2017.11.011.

70 McGowan CE, Jones P, Long MD, Barritt AS. The changing shape of disease: Non-alcoholic fatty liver disease in Crohn’s disease. A case series and review of the literature. Inflamm Bowel Dis. 2012;18:49–54.

71 Eslam M, Valenti L, Romeo S. Genetic and epigenetics of NAFLD and NASH: Clinical impact. J Hepatol. 2017 doi.org/10.1016/j.hep.2017,09.2003.

72 Miyaaki H, Nakao K. Significance of genetic polymorphisms in patients with non-alcoholic fatty liver disease. Clin J Gastroenterol. 2017;10:201–7.

73 Melum E, Franke A, Karlsen T. Genome-wide association studies – A survey for clinical gastroenterologists. World J Gastroenterol. 2009;15:5377–96.

74 Ryaboshapkina M, Hammar M. Human hepatic gene expression signature of non-alcoholic fatty liver disease progression, a meta-analysis. Scientific Reports. 2017;7:12361/doi.10.1038/s41598-017-10930-w.

75 Stender S, Kozlitina J, Nordestgaard BG, et al. Adiposity amplifies the genetic risk of fatty liver disease conferred by multiple loci. Nature Genetics. 2017;49:842–7

76 Zimmer V, Lammert F. Genetics and epigenetics in the fibrogenic evolution of chronic liver disease. Best Pract Res Clin Gastroenterol. 2011;25:269–80.

77 Lee JH, Kim Y, Friso S, Choi SW. Epigenetics in non-alcoholic fatty liver disease. Molecular Aspects of Medicine. 2017;54:78–88.

78 Cordero P, Campion J,Milagro FI, Martinez JA. Transcriptomic and epigenetic changes in early liver steatosis associated to obesity: Effect of dietary methyl donor supplementation. Mol Genet Metab. 2013;110:388–95.

79 Lee JH, Friso S, Choi SW. Epigenetic mechanisms underlying the link between non-alcoholic fatty liver disease and nutrition. Nutrients. 2014;6:3303–25.

80 Tian Y, Wong VW, Chan HL, Cheng AS. Epigenetic regulation of hepatocellular carcinoma in non-alcoholic fatty liver disease. Seminars in Cancer Biology. 2013;23:471–82.

81 Sun C, Fan JG, Qiao L. Potential epigenetic mechanism in non-alcoholic fatty liver disease. Int J Mol Sci. 2015;16:5161–79.

82 Yu J, Marsh S, Hu J, et al. The pathogenesis of nonalcoholic fatty liver disease: Interplay between diet, gut microbiota, and genetic background. Gastroenterology Research and Practice 2016.

83 Leung C, Rivera L, Furness JB, Angus PW: The role of gut microbiota in NAFLD. Nature Reviews Gastroenterology & Hepatology. 2016;13:412–25.

84 Yu J, Marsh S, Hu J, et al. The pathogenesis of non-alcoholic fatty liver disease: interplay between diet, gut microbiota, and genetic background. Gastroenterol Res Pract. 2016;2862173;doi 10.1155/2016/2862173.

85 Abu-Shanab A, Quigley EM. The role of the gut microbiota in non-alcoholic fatty liver disease. Nature Reviews Gastroenerology & Hepatology. 2010;71:691–701.

86 Le Roy T, Llopis M, Lepage P, et al. Intestinal microbiota determines development of non-alcoholic fatty liver diesease in Mice. Gut. 2013;62:1787–94.

87 Ussar N, Griffin W, Bezy O, et al. Interactions between gut microbiota, host genetics and diet modulate the predisposition to obesity and metabolic syndrome. Cell Metabolism. 2015;22:536–530.

88 Houghton D, Stewart CJ, Day CP, Trenell M. Gut microbiota and lifestyle interventions in NAFLD. In J Mol Sci. 2016;17:447–76

Verpassen Sie keinen Artikel!

close