access_time Publié 12.04.2019

Biopsie des organes internes en cas de risque hémorragique élevé

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Pour les médecins hospitaliers

Biopsie des organes internes en cas de risque hémorragique élevé

12.04.2019

Chez les patients anticoagulés pour une indication vitale et ceux ayant un risque hémorragique élevé lié à une maladie, les biopsies d’organe sont dangereuses. Dans le cas du foie, il est possible de réaliser une biopsie au moyen d’un accès intraveineux transjugulaire, ce qui est une procédure certes fastidieuse mais associée à une sécurité élevée (les éventuelles hémorragies secondaires se produisent dans le système intraveineux). Chez des patients à risque hémorragique dans des unités de soins intensifs, une biopsie rénale a également pu être réalisée de façon sûre au moyen d’un accès transveineux.

Sur la base des données présentées, les inquiétudes antérieures quant à la représentativité du matériel biopsique prélevé de cette façon semblent caduques: dans 96% des cas, un diagnostic pertinent dans le contexte clinique a pu être posé. Une pose mûrement réfléchie de l’indication reste toutefois essentielle: la biopsie n’avait de conséquences thérapeutiques que dans une bonne moitié des cas. Qui plus est, dans 30% des cas, le diagnostic posé était celui de «nécrose tubulaire aiguë», une affection qu’il est presque toujours possible de diagnostiquer sur la base de l’examen clinique et de mesures non-invasives. L’étude a été réalisée en France, où des biopsies rénales sont très fréquemment réalisées face à une insuffisance rénale aiguë, ce qui a aussi sans doute amélioré notre compréhension de cette maladie.

Crit Care Med 2019

Rédigé le 15.03.2019

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 12.04.2019

Biopsie des organes internes en cas de risque hémorragique élevé

Verpassen Sie keinen Artikel!

close