access_time Publié 14.03.2019

Ostéoporose masculine: l’œstradiol plus important que la testostérone

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Pertinents pour la pratique

Ostéoporose masculine: l’œstradiol plus important que la testostérone

14.03.2019

Une fois de plus, la gigantesque biobanque britannique (n = env. 500 000 individus) a montré sa légitimité en livrant des résultats essentiels. Chez plus de 175 000 hommes d’origine européenne, chaque diminution d’un écart-type de l’œstradiol était associée à une baisse significative de la densité osseuse et à un risque de fracture jusqu’à deux fois plus élevé [1]. La corrélation était également maintenue après correction pour de nombreuses variables relatives à l’ostéoporose et à la probabilité de fractures.

Dans cette étude, aucun ­effet de la testostérone sur la densité ­osseuse et la probabilité de fracture n’a pu être démontré. Il se pourrait que l’effet négatif sur les os se manifeste uniquement en cas d’hypogonadisme prononcé. Dans ce contexte, il convient de rappeler que la conversion perturbée des androgènes en œstrogènes (rares déficits en aromatase, [2]) ou les défauts des récepteurs des œstrogènes [3] sont responsables d’ostéoporose chez l’homme. La détermination de l’œstradiol devrait donc faire partie intégrante du ­bilan diagnostique de l’ostéoporose chez l’homme. Toutefois, en raison de la méthode de détermination complexe, il est nécessaire de se familiariser avec les ­caractéristiques du test et d’en discuter avec le ­laboratoire.

1 JCEM 2019

2 JCEM 1995

3 NEJM 1994

Rédigé le 10.02.2019

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 14.03.2019

Ostéoporose masculine: l’œstradiol plus important que la testostérone

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close