access_time Publié 10.05.2019

Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la guérison des fractures?

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Cela nous a également interpellés

Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la guérison des fractures?

10.05.2019

La régénération des tissus, et donc également la guérison des fractures, diminue avec l’âge. La diminution aussi bien du nombre que de l’activité des cellules souches squelettiques joue un rôle central à cet égard. Cela est du moins en partie la conséquence d’une activité inflammatoire accrue. Pour désigner ce phénomène, on emploie un jeu de mots: «age-associated inflammation» est condensé en «inflamm-aging».

Dans des expériences menées avec élégance, il a désormais pu être montré que l’activité/le nombre des cellules souches squelettiques ne dépendent pas de l’âge chronologique mais de cette activité inflammatoire. La désactivation du gène d’un régulateur de l’inflammation central, le facteur NF-kappaB, ou son inhibition par le biais d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) a conduit à un «rajeunissement» de ces cellules précurseurs ainsi qu’à une production accrue de tissu osseux dans le cadre d’un modèle ectopique de fracture (transplantation sous une capsule rénale).

Etant donné que chez les personnes âgées, les fractures entraînent, entre autres, une morbidité prolongée avec une récupération de l’autonomie fortement compromise, une évaluation approfondie de l’effet des AINS ou d’analogues plus puissants/présentant moins d’effets indésirables en termes de prévention du vieillissement squelettique et de stimulation de la guérison des fractures vaut la peine.

PNAS 2019

Rédigé le 09.04.2019

Photo: ID 125281840 © Wave Break Media Ltd | Dreamstime.com

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 10.05.2019

Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la guérison des fractures?

Verpassen Sie keinen Artikel!

close