access_time Publié 25.04.2019

Encore plus de preuves en faveur de l’anticoagulation prolongée après thromboembolie (provoquée)

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Pertinents pour la pratique

Encore plus de preuves en faveur de l’anticoagulation prolongée après thromboembolie (provoquée)

25.04.2019

Des résultats de précédentes études avaient montré qu’une durée de l’anticoagulation (rivaroxaban) supérieure à la durée recommandée dans la plupart des lignes directrices réduisait significativement le taux de récidives (voir [1, 2]). Après l’arrêt de l’anticoagulation, le risque de récidive des thromboembolies provoquées (c.-à-d. associées à au minimum un facteur de risque connu) s’élève à 10% au cours de la première année et à 30% après 5 ans. La majorité des lignes directrices recommandent d’arrêter l’anticoagulation après 3 mois si le facteur causal a pu être éliminé durablement.

A quel point une anticoagulation prolongée prévient­-elle efficacement ce risque et qu’en est-il alors du risque hémorragique? Une anticoagulation (rivaroxaban) de plus de 3 mois (4900 patients) a réduit de 44% le risque de récidive par rapport à une absence d’anticoagulation ou à un traitement par Aspirine® seule [3].

En ­raison de sa méthodologie, l’étude ne permet pas de ­répondre à la question de savoir de combien de temps le traitement anticoagulant doit être prolongé. Dans l’étude, il n’y a manifestement pas eu davantage d’effets indésirables hémorragiques chez les patients anticoagulés, ce qui semble uniquement transposable avec prudence à la pratique quotidienne. Une question reste donc ouverte: Combien de temps en plus (jusqu’à ce que le risque l’emporte sur le bénéfice)?

1 N Engl J Med 2010

2 N Engl J Med 2017

3 Am J Med 2019

Rédigé le 29.03.2019

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 25.04.2019

Encore plus de preuves en faveur de l’anticoagulation prolongée après thromboembolie (provoquée)

Verpassen Sie keinen Artikel!

close