access_time Publié 08.05.2019

La valeur p doit-elle uniquement encore avoir une valeur indicative dans les essais cliniques?

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Controverse médicale

La valeur p doit-elle uniquement encore avoir une valeur indicative dans les essais cliniques?

08.05.2019

Une proposition vient d’être publiée avec une très bonne visibilité: celle de s’écarter de la décision dichotomique simple «significatif» ou «non significatif» (sur la base d’une valeur p) [1]. Cette proposition est également décrite en tant que «guerre contre la significativité» et elle a été amplement signée (n = 854!). Les ­valeurs p ne devraient pas être complétement abandonnées, mais l’analyse des résultats d’une étude devrait plutôt contenir une discussion autour d’un «effet compatible» afin de sortir de la problématique du tout ou du rien.

Une éminente voie divergente [2] indique qu’en s’écartant de la décision «significativité», on ouvre la porte aux interprétations subjectives et liées à des intérêts. L’auteur serait d’accord pour durcir la ­valeur p (déjà discuté dans le «Sans détour» [3]) et soutient cette exigence, mais il ­signale qu’une bonne statistique reste indispensable. Les critères de qualité à cet égard sont:

– L’étude doit comprendre des critères d’analyse prédéfinis (y compris critères d’évaluation) avant son commencement.

– La méthode statistique doit, en se basant sur ces derniers, être définie et consignée au préalable.

– Les règles de «lecture» des données doivent également être transparentes et définies au préalable.

Apparemment, ce rythme n’est respecté que dans un petit nombre d’études (enquête auprès de plus de 300 statisticiens cliniques) [4].

1 Nature 2019

2 JAMA 2019

3 Forum Méd. Suisse 2018

4. Annals of Internal Medicine 2018

Rédigé le 05.04.2019

ID 86486416 © Ctitze | Dreamstime.com

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 08.05.2019

La valeur p doit-elle uniquement encore avoir une valeur indicative dans les essais cliniques?

Verpassen Sie keinen Artikel!

close