access_time Publié 21.10.2020

Fibrillation auriculaire: contrôle du rythme versus contrôle de la fréquence

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Sans détour

Fibrillation auriculaire: contrôle du rythme versus contrôle de la fréquence

21.10.2020

En cas de fibrillation auriculaire, le contrôle du rythme, y compris par techniques ablatives, n’a pour l’heure pas montré d’avantages nets par rapport au simple contrôle de la fréquence. Est-il plus avantageux que le contrôle du rythme intervienne plus précocement après le premier diagnostic de la fibrillation auriculaire? Dans une étude ouverte, près de 2800 patients (âgés de 70 ans en moyenne, en surpoids, avec un IMC de 29) atteints de fibrillation auriculaire (premier diagnostic remontant à un mois environ) ont été répartis dans deux groupes :un groupe avec contrôle du rythme (par voie ablative et/ou médicamenteuse) et un groupe avec traitement conventionnel. Après un suivi médian de 5 ans, il ressort essentiellement de cette étude le fait que la mortalité et les complications cardiovasculaires prises dans leur ensemble sont faibles dans les deux groupes (moins de 5% par an). Cela s’explique probablement par le traitement par anticoagulants, antihypertenseurs, etc. La mortalité est comparable dans les deux groupes; l’avantage statistique pour le groupe avec contrôle du rythme résultait avant tout de la survenue plus rare d’accidents vasculaires cérébraux (non classifiés selon le degré de sévérité) et de syndromes coronariens («number needed to treat» 90 par an). Les effets indésirables graves étaient nettement plus ­fréquents dans le groupe avec contrôle du rythme, avec un «number needed to harm» d’environ 29.

Qu’il s’agisse d’une première fibrillation auriculaire, d’une fibrillation auriculaire paroxystique ou d’une fibrillation auriculaire persistante, l’étude montre un avantage significatif en faveur du contrôle du rythme précoce, mais au prix d’effets indésirables plus nombreux et probablement aussi de coûts plus élevés (non précisés dans l’étude). La mise en aveugle (impossible) est également un facteur qui atténue l’enthousiasme quant aux résultats. Les auteurs de cette «investigator-initiated study» présentent une liste impressionnante de soutiens de la part de l’industrie, y compris des brevets pour des méthodes de contrôle du rythme.

 

NEJM 2020, doi.org/10.1056/NEJMoa2019422

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 21.10.2020

Fibrillation auriculaire: contrôle du rythme versus contrôle de la fréquence

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close