access_time Publié 26.10.2020

Sérum de convalescent: quand et pourquoi ­donner?

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Sans détour COVID-19

Sérum de convalescent: quand et pourquoi ­donner?

26.10.2020

Ce travail réitère et confirme diverses observations sur la réponse en anticorps en cas d’infection par le SARS-CoV-2: plus la maladie est sévère, plus le titre d’anticorps IgG est élevé (et plus la durée pendant laquelle le SARS-CoV-2 est détectable est longue). Des anticorps sont détectables chez pratiquement tous les patients deux semaines après le début de l’infection (8–10 jours après le début des symptômes). Dans les évolutions légères, il est improbable de pouvoir mettre en évidence les anticorps IgM de phase aiguë dans des concentrations mesurables. Par ailleurs, il existe une réaction croisée entre les anticorps anti-SARS-CoV-1 et anti-SARS-CoV-2, mais seuls les anticorps anti-SARS-CoV-2 ont un effet neutralisant sur le SARS-CoV-2. L’immunisation passive avec du sérum de convalescent provenant de patients qui ont survécu à une forme sévère de COVID-19 (et présentent des titres élevés d’IgG) pourrait donc avant tout avoir un sens au cours des 10 premiers jours (lorsque les patients n’ont pas encore de réponse immunitaire humorale pertinente). La thérapie passive par anticorps reste encore expérimentale. Etant donné que les complications sévères du COVID-19, telles que la pneumonie et le syndrome de détresse respiratoire aiguë, n’apparaissent souvent qu’au cours de la 2e et 3e semaine de maladie, des paramètres prédictifs (lymphopénie, taux de lactate déshydrogénase, etc.) devraient permettre d’identifier les patients qui ont une probabilité élevée de développer ces complications et qui peuvent, espérons-le, en être protégés. Un traitement pourrait toutefois aussi avoir une action neutralisante plus tardivement (les patients présentant des évolutions sévères ont des charges virales plus élevées et persistant plus longtemps) et, dans cette situation, avoir une action immunomodulatrice, c.-à-d. affaiblir la pathologie immuno-médiée.

Fig.: Evolution temporelle de la réponse en anticorps globale après une infection par le SARS-CoV-2 et possibilités et action supposée de l’administration de sérum de convalescent en fonction du moment d’administration. ADCC = cytotoxicité dépendante des anticorps (antibody-dependent cellular toxicity). Issue de: Casadevall A, et al. SARS-CoV-2 viral load and antibody responses: the case for convalescent plasma therapy. J Clin Invest. 2020;130(10):5112–4, reproduction avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

 

JCI 2020, doi.org/10.1172/JCI138759

Prof. Dr méd. Reto Krapf

Articles apparentés

Publié 26.10.2020

Sérum de convalescent: quand et pourquoi ­donner?

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close